AAPPMA 2020 07 21 08 22 03 RefectionFrayereContreLaJussieUne pollution du Garun avec mortalité de poissons a été constatée fin juillet. Le président, Jacques Goudard en a été informé, durant ces vacances. N'étant pas sur place, il a tout de même réussi à mobiliser les bonnes personnes. C'est un nouveau carton rouge que nous vous présentons aujourd'hui.

Récit rédigé par Jacques Goudard, président de l'AAPPMA de La Gaule d'Iffendic

"Etant en vacances, j’ai été prévenu par un pêcheur et membre du Conseil d’administration de la Gaule d’Iffendic, Loic Cohan le mardi 28 juillet 2020 à 14h44. Il a constaté qu’il y avait une mortalité de poisson assez importante sur le Garun au niveau de la Ribeaudière en Montauban de Bretagne ainsni qu'à la Brohinière.

J’ai de suite interpellé notre Eco-garde Denis Cohan, l’Office Français pour la Biodiversité (M Julien de l'OFB, ex ONEMA), la Fédération de pêche d’Ille et Vilaine et Jérémy Grandière son Président.

Le lendemain, j’informais le technicien du Syndicat Mixte du bassin versant du Meu, Philibert Cornet puis Les présidents d'AAPPMA concernés, René Luce (Pêcheurs sportifs) et Patrick Lecomte (Perche Montfortaise).

Ce même 28 juillet, un pêcheur, Pierre Guérin, m’appelait pour m’informer de cette pollution au niveau du pont de Canlou en Iffendic, il me fera parvenir plusieurs photos de poissons morts et notamment truites fario, anguille, chevesne, goujon, brochet, perche etc. Je l’en remercie (cf. Photos plus bas).

Le mercredi 29 juillet, l’éco-garde, l’OFB et le technicien du Syndicat du Meu se sont rendus sur le site de la Brohinière puisqu’apparemment les premières mortalités de poissons démarraient à partir de la confluence avec le ruisseau de Pélineuc.

Dès mon retour de vacances, le jeudi matin, je me suis rendu sur le site de la Brohinière, j’ai rencontré un propriétaire au lieu dit les rues Gaudiche qui habite une ancienne maison SNCF rénovée qui m’a informé que son amie Mme Guérin (habitante de Breteil), en se baladant le long du Garun avait constaté une eau trouble avec mortalité de poissons. Pour confirmer ces dires, une habitante qui a des terrains bordant le Garun et habitant la Boussac m’a laissé un message sur mon répondeur pour me demander si c’était normal que le Gaun soit d’une couleur très foncée le dimanche. Il m’a aussi informé que le samedi 25 juillet à 18h00 il était tombé 7 mm de pluie en 1 heure.

J’ai aussi rencontré un agriculteur de la Brohinière qui m’a informé que le ruisseau de Pélineuc (passant sous les voies ferrées) ressortait régulièrement de couleur noire, par temps de forte pluie. Il ajoute que ce ruisseau récupère les rejets des eaux pluviales de grandes industries agro-alimentaires de la Brohinière. 

Après analyses de l’eau et enquête de l’OFB, M Christophe Julien m’informait qu’ils avaient trouvé l’entreprise défaillante. Tenue au secret professionnel, il n’a pu me dire quelle entreprise était incriminée.

Nous sommes en droit de penser que tous nos efforts pour réimplanter la truite sauvage dans cette rivière LE GARUN sont réduits encore une fois à néant. 

Durant ces 3 dernières années, nous avions alevinés :

  • 2018 : 2 350 truitelles fario + 2 650 en comptant les affluents ou elles sont susceptibles de redescendre dans le Garun,
  • 2019 : 155KG de truites arc en ciel, 62kg de truites fario et 31 kg de saumon de fontaine. 
    • 1 400 truitelles fario + 1 600 en comptant les affluents ou elles sont susceptibles de redescendre dans le Garun.
  • 2020 : 155KG de truites arc en ciel, 124kg de truites fario et 31 kg de saumon de fontaine. 
    • 2 100 truitelles fario + 1 400 en comptant les affluents ou elles sont susceptibles de redescendre dans le Garun.

Pour tous ces motifs, au retour des vacances de l’OFB début septembre, je porterai plainte contre l’entreprise défaillante." 

Cliquez sur les images pour agrandir

Photos réalisées par Pierre Guérin et Jacques - maj 09/08/2020


En Direct !